06 08 32 54 41 // 1 avenue du meilleur ouvrier de France, 33700 Mérignac
Youtube Instagram Facebook Linkedin

Comment gérer son régime moteur en fonction du tracé ?

Comment gérer son régime moteur en fonction du tracé ?

Savez-vous gérer votre boîte de vitesse et exploiter au mieux votre régime moteur selon le tracé du circuit ?

Sur la route de tous les jours, vous êtes souvent habitués à monter les rapports très vite, notamment, avec des moteurs diesel. Cette habitude entraîne une sous-exploitation du moteur sur circuit.

Quelle est la règle de base de gestion du régime moteur sur circuit ? 

Monter le régime moteur le plus possible jusqu’au « rupteur ». Le rupteur est la fin de la montée en régime. Vous l’atteignez quand la vitesse ne monte plus, que vous sentez des petites vibrations dans la voiture et que vous entendez que le moteur ne prend plus de tours.

Sur un circuit, montez chaque rapport de vitesse le plus possible jusqu’au rupteur. Attention, il ne faut pas attendre d’être exactement au rupteur pour passer le rapport. Habituez votre oreille à entendre l’arrivée imminente du rupteur. Et, juste avant le rupteur, vous passez la vitesse. Cela vous évite de perdre 1 ou 2/10ème à chaque toucher de rupteur.

Quelles règles particulières pour certains moteurs ?

régime moteur

Sur certaines cylindrées, les puissances moteurs sont étalonnées « de 0 à régime maxi ». Et, il y a parfois un moment, où le couple du moteur (c’est à dire sa puissance réelle) attient un pic. Par exemple, si la puissance du moteur est étalonnée de 1000 à 7000 trs/min, il est probable que le pic ou « crête de couple de puissance » soit aux alentours de 4000 trs/min.  Si la crête de couple est à 4000 tours/min, il est inutile de monter jusqu’à 7000 trs/min pour passer le rapport.

Montez le régime moteur au-dessus de la crête de couple. Quand vous passerez par exemple de la 3e à la 4e, le régime moteur va forcément s’abaisser (puisque vous passez un rapport au-dessus). Le but du jeu est qu’il s’abaisse pour tomber pile sur cette crête de couple. 

Par exemple, vous montez à 5500 trs/min, vous passez de la 3e à la 4e.  En 4e, le moteur reprendra à 4000, pile là où il y a la puissance ou un peu avant (à 3800 trs). 

En général, les moteurs ont des crêtes de couples relativement proches du rupteur. Avec les nouveaux moteurs, il arrive que la puissance soit aux alentours de 3000 trs/min. Regardez les données des constructeurs ou les données techniques de la voiture.

Autre astuce intéressante à retenir sur le régime moteur :

Nous avons constaté en course que monter un rapport (passer de 3 en 4) juste avant un virage pour retomber ensuite à 3 et à 2 parce qu’il y a un autre un virage juste derrière, était chronophage. Vous gagnez plus de temps en restant jusqu’à 2 secondes au rupteur. Par exemple, vous montez à fond en 3e, vous restez 2 secondes au rupteur et vous freinez derrière. Vous perdez moins de temps qu’en passant les rapports sans perdre de puissance moteur pour autant.

Dernière astuce, le « short shift »:

A la sortie d’un virage, notamment avec des voitures puissantes, si vous avez encore du braquage (la voiture continue de tourner et vous avez besoin de braquer le volant), faîtes un short shift. Plutôt qu’’accélérer à fond jusqu’au rupteur avant de passer la vitesse, passez le rapport au-dessus un peu plus tôt que la puissance maximale ou que le rupteur. Volontairement, passez de 2 à 3 ou de 3 à 4 assez tôt. Vous pourrez ainsi accélérer à fond, en ayant les roues braquées, sans avoir le côté nerveux d’un rapport très bas. Les voitures puissantes ont, en effet, tendance à bouger un peu sur le train qui est motrice.

Pour aller plus loin

Einstein disait ” la connaissance s’acquiert par l’expérience, tout le reste n’est que de l’information”. Venez participer à un stage de pilotage sur circuit pour apprendre ou vous perfectionner grâce aux précieux conseils de Julien, coach professionnel, qui saura vous accompagner avec précision quelque soit votre niveau. Accessible à tous.