06 08 32 54 41 // 1 avenue du meilleur ouvrier de France, 33700 Mérignac
Youtube Instagram Facebook Linkedin

Comment conduit un pilote de course au quotidien ?

Un pilote s’entraîne sur circuit, sur simulateur et participe aux courses. Il possède un nombre d’heures de pilotage et de vécu de mise en situation exceptionnel. Cela le rend très détendu sur la route au quotidien. Il n’éprouve pas le besoin de « prouver » ou de s’affirmer. Sur route, il sera bien en deçà de son savoir-faire de pilote.  

L’idée spontanée est de croire qu’un pilote habitué à rouler vite cherchera à dépasser les vitesses autorisées sur route :

C’est certain que rouler à 80 km/h ou même à 130 km/h paraît très, très bas à un pilote pro. Ce faible impact de la vitesse sur un pilote, l’oblige à toujours la surveiller. Il n’y a pas d’intention de dépasser la vitesse de sa part. Il s’agit plutôt d’être attentif à ses automatismes de pilote. Ne pas dépasser la limite règlementaire par inadvertance. 

D’ailleurs, le monde du pilotage est très sensible à la sécurité routière et au risque. Un pilote prend des risques sur circuit. Il n’en a pas envie au quotidien. Il existe un lien fort entre la Fédération internationale du sport automobile (FIA) et la sécurité routière. Le président de la FIA est très engagé dans la prévention des accidents de la route.

Conduite pilote de course au quotidien

La capacité d’anticipation est la clé de sa sérénité sur route :

Un pilote de course a l’habitude de vivre des enchaînements très rapides de situations. Pour être performant, il doit savoir les anticiper au maximum de ce qui est possible. Face à une situation sur route, il aura tendance à se dégager du temps de réaction pour pouvoir anticiper. Par exemple, il gardera une très bonne marge de sécurité avec le véhicule de devant pour anticiper l’imprévu. C’est d’autant plus vrai dans une circulation dense ou compliquée. Se retrouvent derrière un véhicule obstruant la visibilité (utilitaires, camions), un pilote lèvera le pied. Soit il est possible de doubler le véhicule en question, soit il se ménage un coussin de sécurité. Vous ne le verrez jamais « coller » la voiture de devant. Un pilote a trop conscience de l’importance du temps de réaction, de la distance parcourue par seconde.  

La capacité du pilote à intégrer le contexte lui assure plus de sécurité sur route :

En course, appréhender le contexte est essentiel. Vous ne roulez pas pareil sous une pluie fine, un orage ou des nuages bas. Un pilote saura adapter sa conduite aux conditions météo. Il prendra en compte aussi les capacités et les limites de son véhicule, Il a l’habitude de recueillir sans cesse les ressentis de sa voiture. Il intègre très vite un changement de revêtement du sol ou les variations de relief et Il tiendra également compte de la qualité de ses pneus pour évaluer son adaptabilité. Cela est très important en course. Le réflexe s’applique à la vie de tous les jours. De même que le contexte général : grands départs, beaucoup de gens pressés avant un événement, etc. Un pilote roule réellement « avec » les autres aussi bien sur circuit que sur route.  

Pour aller plus loin

Einstein disait ” la connaissance s’acquiert par l’expérience, tout le reste n’est que de l’information”. Venez participer à un stage de pilotage sur circuit pour apprendre ou vous perfectionner grâce aux précieux conseils de Julien, coach professionnel, qui saura vous accompagner avec précision quelque soit votre niveau. Accessible à tous.