06 08 32 54 41 // 1 avenue du meilleur ouvrier de France, 33700 Mérignac
Youtube Instagram Facebook Linkedin

Comment choisir sa boîte de vitesses?

Tant que nous roulerons en mode thermique, la boîte de vitesses sera un organe indispensable dans un véhicule afin de transmettre la puissance du moteur aux roues. Avec les moteurs électriques qui arrivent sur le marché, cela pourra être différent du fait du variateur. Comme pour un variateur de lumière, pas besoin de boite de vitesses.

Il existe différents types de boîtes de vitesses. Les constructeurs travaillent dur pour créer un système performant, fiable et de plus en plus confortable. Parmi tous les types de boîtes de vitesses disponibles sur le marché, nous allons aujourd’hui en aborder cinq. Les cinq principales technologies disponibles aujourd’hui.

Boîte de vitesse manuelle

boite de vitesse manuelle

La boîte de vitesse manuelle est très répandue. Elle est généralement la moins onéreuse à produire. C’est pour cette raison que la plupart des véhicules sont proposés dans leur configuration de base avec ce système. La grande majorité des boîtes de vitesses manuelles se composent de cinq ou six vitesses. Certains constructeurs comme Porsche, Corvette ou Aston Martin proposent cependant des boîtes avec sept rapports. Ces véhicules étant à vocation sportive, ces vitesses sont présentes pour des raisons d’économies de carburant en conduite sur autoroute. Bien souvent le septième rapport ne sert que très peu et la vitesse maximum est atteignable uniquement en sixième.

Les boîtes de vitesses manuelles sont peu répandues aux USA, où la boite de vitesse automatique prime. On parle même de réel antivol outre-Atlantique ! Il subsiste cependant aux quatre coins du monde de réels aficionados de la boite manuelle, tellement son maniement donne l’illusion d’une meilleure maitrise de la conduite.

Boîte de vitesse robotisée

Les boîtes de vitesse robotisées sont très proches des boites de vitesses manuelles. Pour vulgariser nous pouvons dire que c’est une boite de vitesses manuelle sans pédale d’embrayage. L’action de l’embrayage est robotisée par un calculateur. En apparence similaires (dans l’habitacle du moins) avec les boîtes de vitesses automatiques, elles sont peu onéreuses à produire, car beaucoup de composants sont jumeaux avec une manuelle. Ces boîtes ne disposant pas de mode « Park » pour stopper le véhicule à l’arrêt et sont aujourd’hui dépassées. Elles sont peu à peu remplacées par des automatiques bien plus fiables, fluides et économiques.

Boîte de vitesses automatique

boite automatique

La boîte de vitesses automatique est très différente de la boite de vitesses manuelle. En effet, elle comporte de nos jours en moyenne sept rapports et monte parfois jusqu’à dix ! C’est le cas sur les dernières générations de Ford mustang. Très largement répandue, elle permet une facilité de conduite déconcertante et représente un réel avantage dans les embouteillages, la circulation dense, ou sur tous profils de route. Cela permet de se focaliser uniquement sur la route et de gérer parfaitement l’accélérateur et le frein. Les boîtes de vitesses automatiques mêlent fluidité, robustesse et des coûts d’entretien raisonnables. C’est pour cette raison qu’on les retrouve chez la majorité des constructeurs.

Les différents rapports de vitesses se font par la fermeture et l’ouverture de multiples embrayages. Ils agissent en couplant deux éléments des différents trains épicycloïdaux ou en stoppant la rotation d’un des éléments.

Boite à double embrayage

La boite de vitesses à double embrayage est une automatique avec un second embrayage permettant de gommer les défauts de lenteur, d’à-coup et de fiabilité. Très répandue sur les véhicules à vocation sportive, nous retiendrons ici probablement la plus emblématique: la boîte PDK7, Porsche Doppel Kupplungs, du constructeur allemand, une référence. Aussi fiable qu’efficace, elle se positionne comme un incontournable dans le monde des sportives radicales ! Elle sait également se faire douce en conduite quotidienne.

Le principe, très abouti, reste simple a comprendre : imaginez que vous êtes en 3eme vitesse, le rapport au-dessus et en-dessous sont déjà « pré-engagés » afin d’autoriser un temps de passage de vitesses de quelques millième de seconde seulement.

Transmission séquentielle

boite de vitesse sequeltielle

Une boîte de vitesses séquentielle reste similaire à une BVM. Ce type de boîte est principalement utilisé en compétition (rallye, rallycross,…) et sur les motos.

Une boîte séquentielle ne comporte pas de levier de vitesses. Un sélecteur est actionné d’avant en arrière pour monter ou descendre les rapports. Lorsque le sélecteur est actionné, il va entraîner la rotation d’un tambour rainuré qui va déplacer la fourchette de sélection des rapports. Ces boîtes permettent le passage de vitesse à la volée, sans utiliser l’embrayage (à l’exception du premier rapport), lorsqu’on monte les vitesses. Soit, on retrouve un « gear cut » qui coupe électriquement l’allumage du moteur au moment du tirage du levier. Soit, il faut soulager un ultra court instant l’accélérateur afin de limiter la charge mécanique au moment de passer le rapport.

D’autres types de boîtes…

Il existe encore d’autres types de boites de vitesses, comme par exemple « les boîtes à variation continue ou à convertisseur de couple ». Mais ce sont des technologies datées, qui sont de moins en moins utilisées de nos jours, du moins pour les voitures.

Il existe même des véhicules sans boîte de vitesses. La quasi-totalité des voitures électriques sont dépourvues de boite de vitesses. Les moteurs électriques ont une plage d’utilisation bien plus large que les moteurs thermiques. De fait, il n’y a qu’un réducteur entre le moteur et le différentiel. Porsche avec la/le Tycan est le premier constructeur à proposer une boite de vitesses à deux rapports sur une voiture 100% électrique de grande série. Cela permet notamment de réduire la consommation d’énergie à haute vitesse et d’augmenter la v/max.

Feed back de Coach :

Après avoir posé la question à des centaines de clients, il est amusant de voir l’énorme « habitude de la boite manuelle » chez les Français. Autre constat, à partir de l’instant où ils ont eu l’opportunité d’essayer une boite auto, aucun n’est revenu en arrière. Ce qui voudrait dire que c’est simplement une question d’habitude?!

Le plus efficace pour changer une habitude est de la remplacer par une autre plus « écologique » pour soi-même afin quelle soit facilement acceptée par le cerveau.

En vrai, nous poser les bonnes questions nous sert à évoluer : à quoi ça sert juste pour passer une vitesse (ce qu’on fait des dizaines de fois sur un trajet) d’enchainer toutes ces contraintes?

Imaginez en boite manuelle : sortir le pied gauche qui nous cale dans l’auto. Appuyer sur l’embrayage (débrayer), simultanément lâcher le volant (qui nous permet de rester précisément sur la route), saisir le levier de vitesses. Reste encore ensuite à relâcher l’embrayage (embrayer), remettre le pied sur le cale pied, remettre la main droite sur le volant… ouf.

Versus la boite auto : … juste rien a faire! Simplement être bien calé, les mains sur le volant, focus sur l’essentielle, ce qui se passe devant.

A mûrir 🙂

Julien GEDET

Pour aller plus loin

Einstein disait  » la connaissance s’acquiert par l’expérience, tout le reste n’est que de l’information ». Venez participer à un stage de pilotage sur circuit pour apprendre ou vous perfectionner grâce aux précieux conseils de Julien, coach professionnel, qui saura vous accompagner avec précision quelque soit votre niveau. Accessible à tous.