06 08 32 54 41 // 1 avenue du meilleur ouvrier de France, 33700 Mérignac
Youtube Instagram Facebook Linkedin

Un rond-point ! Comment bien le prendre ?

Dans ce nouvel article nous allons aborder l’approche idéale pour un rond-point ou giratoire.

A l’autoécole vous apprenez qu’à l’abord d’un rond-point vous devez :

  • Freiner
  • Passer la seconde
  • Prendre la voie la plus extérieure si vous allez à droite ou en face
  • Prendre la voie intérieure si vous allez à gauche ou si vous opérez un demi-tour

Cette règle, aussi respectable soit-elle, pose plusieurs problèmes :

  • Ce n’est pas écologique et mauvais pour la mécanique
  • Cela supprime toute anticipation obligeant à appliquer la règle de façon systématique au lieu de réfléchir
Rond-point

Ce que préconise Julien Gedet pour bien aborder un rond-point :

Etape n°1 :

A l’abord d’un rond-point bien recueillir toutes les informations visuelles sur celui-ci. Vous regardez à gauche, à droite, en face. Vous prenez en considération le trafic général, la météo, s’il fait jour ou nuit, si la visibilité est dégagée.

Etape n°2 :

En fonction des informations ainsi récoltées, vous ajustez votre comportement sur сe contexte. Cela vous rend acteur de votre trajet. « Quelle est la situation actuelle ? Comment je réagis à cette situation ? Comment j’anticipe ? »

Etape n°3 :

Si la situation est bonne : la route est dégagée, le trafic est faible, il fait jour. Vous voulez aller en face et vous avez un rond-point à deux voies. Vous freinez si besoin. Le freinage doit être fait suffisamment tôt. Vous rétrogradez. Peut-être que le rond-point est suffisamment grand pour que vous restiez en 3ème sans forcément passer en 2de. L’intérêt de ça est de garder un peu de vitesse. Moins vous changez de rapport plus votre allure est fluide. Plus votre allure est fluide moins vous consommez de carburant. L’écologie est gagnante, votre budget aussi. En gardant un peu de vitesse grâce à un freinage anticipé, vous effectuez la trajectoire la plus tendue possible.

A l’entrée du rond-point, vous allez être placé à droite de votre voie. Au milieu du rond-point, vous allez vous placer le plus à gauche possible. Vous anticipez ces étapes. Vos yeux regardent là où vous voulez aller. En sortie de rond-point, vous vous placez sur le côté droit de la voie de sortie. Ainsi vous aurez « tendu » la ligne le plus possible entre l’entrée et la sortie. Vue du ciel, cette ligne sera la plus droite possible. De cette façon, vous sollicitez moins vos pneus. L’usure des pneus est donc moindre. Si vous suivez la règle préconisée par les autoécoles, vous allez beaucoup solliciter vos pneus. L’usure inutile des pneus est néfaste pour l’écologie et pour votre budget. En plus, en cassant votre allure, vous aurez à réaccélérer pour sortir du rond-point. Ce n’est pas écologique. Les à-coups provoqués impactent également votre confort accumulant du stress.

Etape n°4 :

Si la situation est chargée : naturellement, vous l’anticipez, vous passez la seconde. Peut-être même la 1ère et vous freinez. Vous réagissez par rapport à la situation.

Etape n°5 :

Se dégager une zone de confort : suivre « automatiquement » la règle préconisée par l’autoécole (freiner, passer la 2de, prendre la voie de droite, y rester) n’a parfois aucun sens. Par exemple, un bus ou un camion arrive sur votre droite. Quel est l’intérêt de flirter avec l’avant du poids lourd ou du bus ? Vous devenez tributaire de son anticipation ou du défaut de celle-ci. Il peut avoir les freins qui surchauffent. Vous prenez le risque d’être percuté en passant par la voie la plus à droite. Alors qu’en utilisant la voie intérieure (gauche) vous vous ménagez une zone de confort par rapport à la situation. 

Pour aller plus loin

Einstein disait “la connaissance s’acquiert par l’expérience, tout le reste n’est que de l’information”. Venez participer à un stage de pilotage sur circuit pour apprendre ou vous perfectionner grâce aux précieux conseils de Julien, coach professionnel, qui saura vous accompagner avec précision quelque soit votre niveau. Accessible à tous.